EVA Films

Dario Argento's Dracula

Dario Argento’s Dracula


Quand l’italien Dario Argento (L’Oiseau aux plumes de cristal, Les frissons de l’angoisse, Suspiria, Inferno…) rencontre le transyvlanien « Dracula »… La rencontre était prometteuse.

Le maître incontesté du giallo (sous-genre du film d’horreur typiquement italien) pond un film digne des grandes heures de la Hammer (studio anglais à qui ont doit moulte Dracula et Frankenstein…). Le résultat est sympa… mais sans grand intérêt. Surtout après la filmo qu’impose le maître.

(Voir le trailer de Suspiria)
[youtube]http://youtu.be/B7UefOfcly4[/youtube]

Où donc est cette fameuse patte du maître ?? Il y a bien un effort de bousculer un peu le récit de Bram Stoker pour proposer quelque chose d’original mais cela ne va pas loin… A part une première séquence d’introduction et une gentille scène de sexe qui justifie un petit peu le port des lunettes 3D… rien n’a se mettre sous la dent.

La 3d est clean mais peu utile (une fois l’intro passée).
L’absence de recul quand à son film clairement réactionnaire (qu’il dit avoir réalisé contre les Twilight…) force nécessairement le respect. Aucune once de second degré la dedans, même quand Dracula décapite du bout des ongles… En soit, ce n’est pas gênant, au contraire. On sent la volonté forte d’un auteur qui chérie son univers… qui s’y accroche… On se demande forcément si le grand Argento n’est pas juste devenu un vieux papi paresseux de 73 ans…

C’est toujours dur, de vieillir pour les réalisateurs, une fois les grands succès réalisés.
Une petite pensée pour Coppola, qui s’en était tout de même mieux sorti avec son vampirique Twixt.

A propos du bonhomme, tout ça m’a bien donner envie de revoir son Bram Stocker’s Dracula. Comment reprendre le rôle du vampire après l’interprétation terrifiante et séduisante de Gary Oldman ??

Quand à Rutger Hauer du film d’Argento, il ne parvient pas non plus à faire oublier le personnage interprété par Anthony Hopkins…

[youtube]http://youtu.be/QMvD2Jlyy9U[/youtube]

Perso je n’ai vu que le Coppola et ça me va bien.
Franchement tu as raison : comment passer derrière Gary Oldman ?

Pour l’anecdote : j’ai longtemps trouvé que la scène où Gary, de l’autre côté de la rue, ordonne à Wynona de regarder vers lui (sans l’entendre) était une des plus romantiques du cinéma. Quand j’ai rencontré ma future femme et qu’en parlant ciné elle m’a précisément parler de CETTE scène précise, je l’avais déjà à moitié épousée ! :smiley:

Alors dans le registre anecdote voici le tableau (au passage collector à tirage limité et acheté à Manhattan) qui trône dans… notre chambre à coucher! ;D ;D
(décroché sur la photo car remise à neuf des peintures)

Enorme, tout est dit ! (et montré) ;D
Bon maintenant, on risque de passer pour des vieux … (qui était né en 92 à EVA ??)

On a de la marge car Daniel est un fan de Murnau et il a ce poster au-dessus de son lit… :stuck_out_tongue: ;D