EVA Films

Gérardmer 2013 - Les 20 ans

Comme chaque année un petit compte rendu de la 20ème édition du festival de Gérardmer… :wink:

En compétition:

You’re next:
En apparence, un slasher de plus… mais de VRAIES trouvailles scénaristiques. Un film d’une grande cohérence qui évite la surenchère, le « je fais comme… », l’humour « patos », … Pas de révolution, mais un film qui assume son titre du début à la fin. Aucune fausse note.

Mama:
Une chambre, une jeune fille (et sa petite soeur), un placard… Je n’invente rien!! ;D ;D
Après THE DOOR c’est la seconde fois que GERARDMER « copie » EVA!!
Grand prix du Festival, Grand prix du Public.
Mes réserves? Au bout d’une heure on voit ce qu’il y a dans le placard… :-\

House of the last things:
LE film qui a divisé. Certains y ont vu une variation poussive de l’univers Lynchien, un film prétentieux. D’autres ont été touché par l’histoire, la photo, la BO, …

The end:
Beau titre pour un film de clôture… Le spanish de la sélection. Un film fauché et qui mise (forcément) sur la suggestion.

Berberian sound studio:
LE film expérimental. Un sujet très intéressant (le Berberian sound studio était un établissement de postprod italien spécialisé dans les séries Z/X) à la sauce Giallo.
Une image et un son (forcément) de toute beauté mais un ensemble peu accessible (à Gérardmer le public a du mal avec les Giallos… ;D).
Prix de la critique.

Remington and the curse of the zombadings:
Le zombie film de la sélection. Des zombies gays!! Film fauché à un niveau +++ (Philippines) mais qui s’assume à 800 % Evidemment réjouissant!!

The bay:
Retour de Barry Levinson dans un found footage… Bien fait, lisible, mais ras-le-bol du found footage.

The clack:
Mais qu’est-ce qu’il fait là celui-là??? Quand le Public-system bouche les trous…

Hors compétition:

Cloud Atlas:
Méga AP du film présenté par les frères Wachowski (et Tom Tykwer). Lana/Larry complètement hystérique!!
Un film fleuve de 2H55 qui s’attaque à l’inadaptable roman de Mitchell. Vous ne supportez pas les variations philosophiques des Wachowski à la Matrix Reloaded? Vous détesterez le film!
Au delà de ces considérations, le rendu est inégal mais tout de même impressionnant à bien des égards : 6 « longs métrages » qui rentrent en résonance durant presque 3 heures…

Dead sushi: ;excited; ;excited;
Vu à 0H30 avec 800 personnes qui fêtaient les 20 ans du festival. S’il y avait eu de la neige dans la salle, tout aurait fondu en moins de 5 mn…
Jamais vu une ambiance comme ça dans un festival. Jamais.

The forest:
Une merde (il en fallait bien une…)

Hansel & Gretel:
Une merde en 3D (il en fallait bien une autre…)

Ah, merci beaucoup pour le check up !!! 8)

Je me suis demandé si tu y avais pu y retourner cette année.

Tous les ans est la même chose: tu nous balance ta liste, on salive, … mais comment trouves-tu le temps d’y aller ? Je veux savoir ! ;D
D’ailleurs comment la journée se passe en générale ?

4 ciné sur le site et des priorités en fonction des Pass achetés et des salles : Pass séance - Pass journée - Pass WE - Pass festival. Ce dernier donne accès à la plus grande salle avec présence du Jury et du réal (présent dans 80% des cas), mais dans la limite des places disponibles (après les acreditations, la presse, les VIPs, l’équipe du film, etc…). Donc 1H00 - 1H30 d’attente sous la neige avant d’être au chaud. Du coup, moyenne de 4/5 films par jour.

[youtube]http://youtu.be/gHhtpW6xHg4[/youtube]

Tu parles d’un animal… ::slight_smile:

[quote=“Thierry, post:1, topic:509”]You’re next:
En apparence, un slasher de plus… mais de VRAIES trouvailles scénaristiques. Un film d’une grande cohérence qui évite la surenchère, le “je fais comme…”, l’humour “patos”, … Pas de révolution, mais un film qui assume son titre du début à la fin. Aucune fausse note.[/quote]

Sortie du film aujourd’hui! Avec une critique ditirembique de… Positif! Pour un film de genre, ça méritait d’être signalé! Si vous avez l’occasion, foncez!!

You’re Next, un “home survival” très classique et en même temps “rafraîchissant”. Du fait du scénario comme tu le soulignes et d’une réalisation (imagée et sonore) très réussie et très précise. Pour une fois, l’image n’est pas hyper assombrie pour cacher un manque d’idée de mise en scène.

Le film perd quand même quelques points à cause de sa volonté (scénaristique, pour le coup) d’expliquer. Qu’il semble très loin le “mal pur” à la Carpenter.

D’une part cette explication est nécessaire car porte presque tout le scénario dans le dernier tiers film… Mais d’autre part hélas, ça “insensibilise” le spectateur. Forcement, si “ça” s’attaque à ces personnages là pour une raison précise, comment “ça” peut me toucher moi… Alors bien sûr, je ne souhaite pas une identification totale aux malheureuses victimes, hein, mais en tout cas, une fois l’information révélée, le trouillomètre à (un peu) moins marché.

Attention, spoiler : concrètement, moi qui ne suis pas sur une ligne d’héritage, je ne crains rien. The Shape (Halloween), il s’en contre fout de mes pépettes… De plus, si on est vraiment sur une histoire de gros sous, pourquoi les masques, les écritures en sang ?? Ok, pour faire “croire au flic”, mais je trouve ça assez léger… En identifiant les gens derrières les masques, le film perd un peu de sa superbe. Et il ne s’agit pas que de montrer le visage, mais bien d’identifier (ex soldat, employé/employeur…) !!!

EDIT : alors en me relisant, je me rends compte que “comparer” (même si ne s’agit pas de ça) avec HALLOWEEN n’est pas très très sympa pour cette petite production quand même très sympatique. Pas les mêmes armes tout de même.

Mais, même si ça nous aurait privé de quelques ressorts et scènes inédits et intéressants, terminer le film sans savoir “pourquoi”, sans savoir “mais qui sont ces malades ??”… aurait été bien plus terrifiant je trouve.

Oui la comparaison avec le “master” est sans doute inappropriée surtout sur la thématique de la peur. Comme dit plus haut nous ne sommes pas ici face à une révolution ou à une nouvelle variation sur le genre.
You’re next est avant tout particulièrement astucieux et malin. Le film est souvent drôle mais ne frise presque jamais la parodie ou le patos. On reste vraiment sur un premier degré “apparent” de bout en bout ce qui à mon sens sert vraiment le film. Certes, la subtilité n’est pas non plus de mise, mais la cohérence de l’ensemble impose le respect. Une pure série B en somme avec son lot de rencontres improbables à l’image de cette rescapé de Survival qui intègre un Home Survival.
Et puis You’re next est aussi et surtout un film de festival! Pas étonnant de voir le nombre de prix (du public) remporté par le film. Si You’re next devait être une bière, ça serait assurément une Leffe Pression! ;D