EVA Films

Spectre

[i][b]SPECTRE vs SKYFALL

7 lettres pour deux Bonds!
1 réal pour deux Bonds!
2 réussites pour deux Bonds?[/b][/i]

C’est LA question qu’on était en droit de se poser après l’aventure Skyfall : un Bond d’une très grande qualité mais en même temps un poil atypique dans sa volonté de démembrer le mythe avant de le reconstruire sur la fin. L’AUTRE question qu’on pouvait dès lors se poser résidait dans le chemin qu’allait choisir Sam Mendès pour sa suite : que proposer de « nouveau » après Skyfall?
Manifestement, du moins c’est comme ça que je l’ai perçu, c’est un retour aux origines, à une certaine forme de classicisme qui a été privilégié. A ce titre, on ne peut que trouver le dytique Skyfall/Spectre cohérent du point de vue de sa progression narrative.
SPECTRE s’inscrit clairement dans un profond respect des codes Bondiens primitifs : le gun barrel d’ouverture - le thème Bondien récurent (quasi absent dans Skyfall) - les gadgets - le sous-méchant décérébré à la JAWS - le grand-méchant « historique » - la cité « technographique » du méchant - la vengeance « simpliste » du méchant - etc…
Alors là tout de suite, je serais tenté de dire : « Pourquoi pas? » D’autant plus que les derniers Missions impossibles et autres Jason Bourne ont tout de même réduit le SPECTRE d’action du film Bondien. Pas simple de se faire une place aujourd’hui.
Pour autant, je n’ai pas réussi à être emporté par ce choix. Et ce pour de multiples raisons dont la principale reste, pour moi, Skyfall (le plus grand ennemi de Spectre en fait).
Spectre ne s’en détache jamais, pire il en devient même le coeur du propos dans cette volonté de tisser en permanence des passerelles avec les derniers opus. Le problème c’est qu’à ce petit jeu, par exemple, notre cher Blofeld se doit forcément d’être encore pire que les Chiffre - Silva - etc… Et sans vouloir spoiler, en terme de motivation criminelle, on surfe quand même ici avec le pur grotesque des pires Roger Moore…… OK, le chapitre « Rome » est absolument superbe (photo - poursuite - Monica - et bien évidemment la toute puissance de Blofeld), le plan séquence d’ouverture est complètement jouissif, Craig reste très bon, Ralph aussi.
Mais quelle déception concernant l’évolution du personnage de Blofeld tout au long du film. Attention, je ne remets absolument pas en question le talent de C. Waltz. Le problème réside davantage dans l’impact provoqué par sa première apparition et la disparition progressive de la thématique « passionnante » affichée dès le générique : la pieuvre absolue via un contrôle mondial de la surveillance qui finit par se réduire à une simple vidéosurveillance crakée des bureaux du MI6 (dans la dernière partie du film). Pire, l’Homme de toute les ramifications se trouve totalement isolé dans la dernière 1/2 heure du film. Et le Silva de Skyfall ne s’en retrouve que renforcé! Un comble doublé d’un paradoxe perturbant et franchement préjudiciable.
Je pourrais ensuite évoquer les répliques de Léa Seydoux, voir Léa Seydoux tout court… Des rebondissements qui n’en sont pas car trop prévisibles…

Au final, SPECTRE n’est sans doute pas un mauvais film… s’il n’y avait pas eu SKYFALL.

Oui, tout à fait d’accord avec ce que tu as dit.
Je noterais surtout un gros problème de scénario (qui serait en partie lié au piratage de SONY et du scénario original…) et un gros problème de méchant. Je suis un peu plus mitigé quand à la thématique de l’agence mondiale etc… Ca ressemble beaucoup au scénario du dernier MI ROGUE NATION.

En fait, l’impression de se voir proposer un remastering très propre sur lui des vieux 007 version 2015. La séquence dans le train de “Bon baiser de Russie”, la station alpine de “Au Service Secret…”. C’est propre, c’est “beau” et d’une certaine manière ça réussi à flatter le fan du James Bond historique que je suis qui avait été un peu déçu par l’eviction de la 007 Touch dans les premiers Craig. De l’autre, en 2015, difficile de pas penser à une caricature du mythe lui même. La base du méchant dans un cratère et j’en passe. On atteint des sommets de caricature avec cette scène de torture très moche et inutile ou Waltz en génie du mal bidouille sa télécommande (tout en révélant la pire motivation de méchant de l’histoire du cinéma). Je passe aussi les dialogues retrogrades avec les personnages fémins (bonne idée Belluci, mais pourquoi cantonner son rôle à une milf en manque de partenaire… ?). JB a toujours été un macho. Mais là, c’est grossièrement fait quand même.
Le principal attrait de SPECTRE (revenir comme tu dis après la promesse finale de Skyfall, à quelque chose de plus classique) est donc son principal problème.
D’ailleurs j’ai le sentiment que Mendès a été un peu bloqué avec ça, ou alors c’est simplement de la lassitude. Dans l’article de l’American Cinematographer dédié au film, le real et le chef op expliquent clairement qu’ils ont une approche très “pratique”. Aucun désir de “fioritures” ou de chercher le “récit intélligent” mais retour à une écriture qui se met completement au service du scénario et de l’action. D’où des scènes bien orchestrées mais qui manque cruellement du génie de Skyfall. Bon en même temps, on n’a plus Roger Deakins a la photo (qui est quand même le meilleur dir photo des Etats-Unis), qui a été remplacé par Hoyte Van Hoytma, qui a une petite filmo quand même (Morse, Interstellar…) mais qui ne joue définitivement pas dans la même catégorie…

Ce que je retiens finalement, c’est que SPECTRE livre d’une certaines manière ce que j’attendais en bon fan (ce retour à un classicisme bondien). L’expérience est fait et je ne peux que constater que oui, en 2015, il n’est plus tout à fait possible de faire exactement comme avant. Le fil sur lequel jouait Skyfall était peut être finalement le bon dosage…

Bon a part ça, la premiere scène est vraiment chouette. Et l’idée de la fin aussi… Même si encore une fois, mal servie par le scénario qui la prépare absolument pas (quand Skyfall filait tout du long une vraie reflexion sur le travail du temps et enrichissait donc vraiment le personnage).

… et sinon, Daniel Craig joue dans Star Wars 7.

Oui lu ça!
Le Stormtrooper de Rey. :slight_smile:

Apparement, ça n’arrête pas : je viens de lire qu’Ewan McGregor a aussi enregistré une phrase, pour la vision de Rey…

Ca va devenir le bordel s’ils font revenir tout le monde. A commencer par Samuel L. Jackson qui veut à tout prix revenir sous n’importe quelle forme^^