EVA Films

Gerardmer 2016

Un petit peu de temps et hop j’en profite : voici mon classement « annuel » des films 2016 en compétition à Gerardmer!

The devil’s candy
Le nouveau film de l’australien Sean Byrne! Vous le connaissez, c’est le réalisateur de The Loved Ones!! Une petite pépite programmée à une AG EVA il y a 2/3 ans je crois. Pour son second film, Byrne s’intéresse à une famille « métalleux » en proie avec le malin!! Je vous laisse imaginer la bande son!!! Apocalyptique et vertigineuse. L’autre originalité réside dans le choix du vecteur de transmission du Mal à savoir ici, la peinture! Alors que l’on pourrait s’attendre à une énième variation sur la possession du père, le réal propose vraiment autre chose, le tout avec un savoir-faire indéniable! Mon dieu, cette bande son….
Pas aussi délirant que The Loved Ones, mais le sujet est maîtrisé de bout en bout.

The witch
Primé un peu partout c’était l’un des film très attendus à Géradmer. La photo est absolument superbe et certains plans (fixes) imposent un tel respect qu’ils continuent à hanter le spectateur bien après la séance. Bref, un petit bijou sur la noirceur du « nouveau monde » du 17ème. Dérangeant et subtil!

Bone tomahawk
Lui aussi celui-là on l’attendait de pied ferme avec, excusez du peu, un Kurt Russel en (très) grande forme. Deux Kurt en un mois si on pense au dernier Tarantino, au western, à la fameuse moustache! La comparaison s’arrêtera là car ici le shérif Hunt (Kurt) n’a absolument rien à voir avec le Bourreau!! Un film qui assume sa durée (plus de 2H), qui livre un vibrant hommage au genre et au sous-genre (western horrifique). Une première réalisation de S Craig Zahler avec un casting impréssionnant qui contribue à la réussite du film.
Grand prix du festival.

Evolution
Un film à voir le matin dixit sa réalisatrice française. Ça tombe bien il était 10H quand on l’a vu.
Une tempo très lent mais une très belle surprise! Un mode onirique complètement maitrisé et qui manque parfois d’un peu plus de folie!

Frankenstein
Le Frankenstein qui mettra tout le monde d’accord n’est pas encore arrivé! Même James Whale s’était fait « écraser » par sa propre suite bien plus réussie (The Bride of F). Un peu comme The Godfather part II qui « écrasait » The Godfather part… Mais là je m’égare hein Clément? :wink:
Bref, le nouveau film de Bernard Rose (Candyman pour ceux qui connaissent) contient vraiment de bonnes choses : adaptation contemporaine plutôt réussie du roman de Mary Shelley (avec une créature complètement crédible, un aveugle en jazzman black, un processus de création modernisée et très discret , etc…). Mais plusieurs réserves viennent ensuite gâcher ce plaisir : une voix off (celle de la créature) souvent en décalage avec l’image du point de vue de la vraisemblance de l’histoire, une réalisation trop rigide et trop académique.

February
Encore un film à atmosphère assez lent, mais une nouvelle fois, complètement assumé. Une structure narrative façon puzzle qui donne ses réponses assez rapidement, peut-être trop.

JeruZalem
Un found footage. Parce qu’il en fallait un!
Et pourtant, la première heure est vraiment réjouissante! Utilisation de Google Glass avec de vraies trouvailles de réalisation, et surtout, aussi incroyable que cela puisse paraître avec ce genre de film, Jérusalem est superbement filmée! Mais ça c’est AVANT l’arrivée de tout ce qu’on a déjà vu, vu, et revu… Vraiment dommage pour le coup!

Southbound
Par les réalisateurs de V/H/S. Différents segments à la qualité inégale. Pas inintéressant.

What we become
Le principal défaut de ce film est qu’il vient après The Walking Dead, et qu’il renonce à s’en détacher pendant 1H30.

Howl
Un mauvais film. Parce qu’il en fallait un!

Films hors compétition
Freaks of nature a forcément mis le feu lors de la nuit fantastique du samedi soir. Silent night est amusant, le reste sans trop d’intérêt.