EVA Films

Gone Girl / La French

En me balandant sur le forum, je me suis rendu compte qu’il n’y avait rien eu dans cette rubrique depuis un bail, alors je profite d’avoir un petit peu de temps libre pour évoquer deux films. Le premier n’est hélas plus en salle (hormis sur Paris…), le second doit sûrement être encore dans les cinéma, bien qu’il s’agisse, comme le premier, d’un film de l’année dernière. De 2014 quoi.


GONE GIRL

Thriller parfait de David Fincher (Alien 3, Panic Room, Fight Club, Seven… et un Social Network qu’on était allé voir ensemble au regretté CinéCasino d’Auxerre :wink: ).
Le pitch, adapté d’une nouvelle, est simple. Le jour de leur anniversaire de mariage, un mec se rend compte que sa belle a disparue. Kidnapping ? Meurtre ? Rapidement, les médias et la police commence à suspecter le bonhomme…

Lui, c’est Ben Affleck et pour une fois, il est tout à fait convenable. Acteur souvent « plat » (Pearl Harbor, Armaggedon…) qui s’est révélé ces dernières années meilleur réal que comédien, il est crédible en américain lambda voir un peu beauf a qui le ciel tombe sur la tête. Elle, c’est Rosamund Pike (que vous auriez pu croiser dans Stargate Atlantis…), la révélation de cette année. Séductrice, mais que… Le scénario est brillant, les twists pas ennuyant et relancent sans cesse l’histoire. La durée du film, 2h29, longue pour un thriller, est maîtrisée et nécessaire. Chaque acte à son importance et c’est dans cet accompagnement des personnages que le film de Fincher se démarque de l’adaptation bête. Comme d’habitude chez Fincher, la réalisation est impeccable. Chaque plan est cadré avec minutie, sur un tripod comme on les aime, et les mouvements sont élégamment orchestrés. Le casting, second rôle compris, est parfait. Idem pour la musique (par les mêmes compositeurs que The Social Network…) qui se réécoute sans fin. Un film qui prend son temps, parfois horrible, parfois drôle (la encore, l’écriture est juste), toujours passionnant.

A dégoter dès sa sortie en DVD / BR !


LA FRENCH

Autre grosse surprise de cette fin d’année, ce polar français de Cédric Jiminez (respect, son 2e long).
Adapté d’un fait divers, ou plutôt d’une vraie enquête, celle du juge Michel qui traqua la « french connection » dans les années 70-80 et son parrain Tany Zampa. Sur la papier, comment ne pas y voir, dans sa forme, un copier/coller de Heat de Michael Mann ? Le film suit en effet parallèlement le défenseur de la loi et le mafieux qu’il poursuit. Finalement, les deux sont des hommes, avec une vie, des femmes, des enfants, des aspirations. Le juge n’est pas tout blanc, le mafieux pas tout noir. Et les deux vont même se croiser au milieu du film… Rajouter à cela que Jean Dujardin (Michel) et Gilles Lelouch (Zampa) se ressemblent dans le film comme deux gouttes d’eau… Et pourtant, à l’image, on oublie complètement le chef-d’oeuvre de Mann. D’abord peut être parce que le réal ne filme pas la nuit de L.A., mais la chaleur de la journée Marseillaise. L’image est impeccable, le soleil est là, l’accent marseillais et les armes aussi. Aaah, le cinéma français aurait-il enfin appris ?? Pour une fois, les richesses de la langue française ne sont pas réduit au parlé parisien et l’accent du sud n’est pas vraiment là pour faire rire comme trop souvent dans notre cinéma hexagone… Ici, ça fait vraiment peur. Bon scénario, très bon casting et une mise en scène soignée, avec mention pour les scènes d’exécutions, simples, rapides, efficaces… Dujardin est excellent (le costume est le même, mais on ne pense pas 1 seconde à OSS 117…) et Lelouch, auquel je ne suis pas coutumié et à priori plutôt opposé, est remarquable. Une belle gueule de (faux)méchant, parfois effrayant, parfois touchant. Magimel, en second rôle, est très bon aussi. Certes, il y a bien quelques scènes ratées (la rencontre entre deux antagonistes justement, hélas…), mais un paquet de belles séquences, spectaculaires ou émouvantes. Avec ce film, le cinéma français renoue avec un genre dans lequel il excellait, avec une touche de modernité, de classe, et un vrai sens du rythme. La faute aussi a une soundtrack irréprochable, pot-pourri des meilleurs tubes de l’époques… Finalement, un vrai bon film (français), courageux, qui ne cherche pas à jouer « à l’américaine » même si niveau qualité il n’y a rien à reprocher.

Oui, deux petites critiques plutôt élogieuses, mais les films envoient vraiment du bois. Voila :wink:

Merci pour ces “retours”!
Ça faisait longtemps et c’est plaisant à lire! Ça me donne aussi des envies… Voir (Gone Girl sort le 11 février en BR…) et écrire (j’essaie de pondre un truc sur… EXODUS ;fear;)!